mozillaZine

Fanzine sur Mozilla et ses logiciels (Firefox, Thunderbird, SeaMonkey, etc.) — Site indépendant depuis 1999

Site archivé depuis 2020. Les contenus que vous lisez sont conservés pour le souvenir.

lundi 1er mai 2006

Pourquoi Mozilla Corporation ?

Tristan Nitot, le président de Mozilla Europe et son responsable du marketing grâce à la contribution de Mozilla Corporation, répond à une interview par courriel menée par Nucleos pour Geckozone. Tristan y développe les raisons pour lesquelles l’entité commerciale a été créée, ses relations avec la fondation et le projet Mozilla. Il y aborde la problématique des revenus et des partenariats commerciaux (dont certains refusés par Mozilla Europe). L’argent est actuellement au cœur de nombreuses discussions au sein du projet Mozilla et en particulier sur la façon de s’assurer qu’il lui profitera bien. Quand Tristan revient sur l’histoire du Web, il y a parle de Netscape et d’Opera.

Mozilla Corporation a été créée pour que le projet soit plus efficace en général et en particulier avec ses partenaires. L’aspect fiscal est, dans ce contexte important.

Si nous avons communiqué tant sur ce sujet, c’est que c’est un sujet sensible d’une part, et que d’autre part nous souhaitons nous démarquer de l’approche d’autre projets Libres comme Jboss ou MySQL. En effet, ces projets sont pilotés par des structures commerciales, et leur vocation est de générer des profits pour leurs actionnaires. Dans le cas de Mozilla, le projet reste mené par une Foundation à but non lucratif, et la Corporation n’est qu’un outil qui ne remet pas en jeu l’approche du projet. (…)

Nous ne sommes pas prêts d’oublier la leçon de Netscape ! (…)

Imaginons que Firefox ne bénéficie pas de marketing, et donc qu’il n’ait pas de parts de marché. Il plafonnerait à 1 % de parts de marché, comme Opera actuellement. Est-ce qu’Opera a réussi à forcer Microsoft à se remettre au travail ? Non. Opera est sur le marché depuis plus de 10 ans et, faute de parts de marché, n’a pas réussi à redynamiser le marché des navigateurs. Il n’a pas su rétablir le choix et l’innovation, malgré ses indéniables qualités techniques.

^