mozillaZine

Fanzine sur Mozilla et ses logiciels (Firefox, Thunderbird, SeaMonkey, etc.) — Site indépendant depuis 1999

jeudi 23 mai 2013

Les sorties de la semaine dernière

Bilan de santé de Firefox 21Comme prévu, mardi de la semaine dernière les logiciels de Mozilla en version finale ont inauguré ce train de mises à jour selon le cycle de développement rapide. À tout seigneur… Mozilla Firefox 21 est d’abord sorti. Ce sont plutôt deux versions majeures du navigateur open source de la fondation Mozilla qui sont sorties, une pour ordinateurs de bureau et une aussi pour Android. Mozilla a insisté sur l’inclusion, par l’intermédiaire de l’API sociale (dans laquelle Mozilla place de grands espoirs), de nouveaux services sociaux dans Firefox : Cliqz, Mixi (Mixi pour Firefox est uniquement disponible pour les utilisateurs au Japon) et msnNOW.

Firefox 21 met à jour la fonctionnalité « Ne pas me pister » (Do Not Track) qui connaît à présent trois états avec autant de possibilités de choix dans le options de Firefox. La nouveauté de cette version 21 est le bilan de santé de Firefox (FHR). Pour présenter cette fonctionnalité très prometteuse, il faut plus que les quelques mots de résumé de cet article récapitulatif. Firefox 21 intègre le chargeur de SDK et des bibliothèques d’API des modules complémentaires dans Firefox qui promettent des modules plus petits et qui restent compatibles avec Firefox plus longtemps. Les développeurs apprécieront aussi le profilage à distance.

Firefox 21 pour Android intègre les nouvelles polices de caractères open source classiques Charis et Open Sans et améliore grandement la prise en charge du HTML5.

Mardi, peu après Firefox 21, Mozilla a sorti une mise à jour de stabilité et de sécurité 17.0.6 de Thunderbird qui supporte désormais la version 1.1 de l’API Twitter.

Deux jours plus tard, Firefox 22 est entré dans le canal bêta. La fonctionnalité qui a beaucoup fait parler d’elle dans la presse spécialisée, à savoir l’acceptation par défaut des seuls cookies tiers des sites déjà visités, y est présente mais désactivée par défaut.

Cette version bêta inclut des capacités de WebRTC pour permettre aux développeurs d’intégrer facilement des communications en temps réel, y compris les appels voix et vidéo et le partage de fichiers, à travers le Web. Firefox bêta inclut OdinMonkey, un module d’optimisation asm.js pour le moteur JavaScript de Firefox, qui permet aux développeurs de fournir des performances de jeu qui rivalisent avec les vitesses natives sans avoir besoin de plugins. Pour les utilisateurs de Windows, Firefox bêta inclut le support du HiDPI et les utilisateurs sous Mac OS X, pourront apprécier la progression du téléchargement dans l’icône d’application du Dock. La vitesse de lecture audio/vidéo en HTML5 peut désormais être modifiée et dorénavant les documents en texte brut sont affichés dans Firefox avec retour à la ligne automatique. Les outils pour développeurs comprennent un inspecteur de polices, en plus de nombreuses nouvelles fonctionnalités conçues pour eux.

Et, comme vous devez vous y attendre, Firefox 23 a ensuite glissé dans le canal Aurora le 17. Dans cette version, le contenu mixte sera bloqué sur les pages HTTPS pour contrarier les attaques de l’homme du milieu (man-in-the-middle) et les oreilles indiscrètes. Firefox 23 Aurora retire aussi complètement l’élément <blink> et abandonne l’effet de clignotement de text-decoration: blink;. Pour Mac OS X 10.7 et postérieurs, Firefox 23 Aurora ajoute les animations pour la navigation par glissements, le support du rebond quand l’utilisateur atteint le haut ou le bas des documents et le support du nouveau style de barres de défilement. Pour tous, les cases à cocher « Charger les images automatiquement », « Activer JavaScript » et « Toujours afficher la barre des onglets » dans les options ont été supprimées. Un grand nombre d’améliorations et de nouveaux outils (moniteur de réseau, éditeur de styles à distance, le panneau d’options, etc.) ont été apportés aux outils pour développeurs.

Firefox 23 Aurora pour Android arrive avec des améliorations du mode lecture, un nouveau paramètre qui permet aux utilisateurs d’afficher les URL dans la barre de titre en lieu et place des titres des pages, la fonctionnalité « Aller à l’onglet » et une interface pour spécifier un moteur de recherche par défaut.

Testeurs de Firefox connaissiez-vous « Jamun  »? Non ? Tant pis. C’était le nom de la branche spéciale depuis coupée où les testeurs pouvaient essayer les nouvelles fonctionnalités d’Australis, le projet de refonte de l’interface. Vous pouvez désormais jouer avec les nouvelles fonctionnalités, dont le nouveau menu de personnalisation et les onglets arrondis, dans une version nocturne (Nightly) nommée UX.

Le 14 mai, jour de sortie pour Mozilla, est aussi sorti BlueGriffon 1.7, l’éditeur WYSIWYG de pages Web évoluées de Daniel Glazman. L’installeur de BlueGriffon est désormais « propre ». Cette version 1.7 ne contient pas de grandes nouveautés mais beaucoup de corrections appréciables.

Enfin, un autre logiciel libre basé sur Gecko, le monteur de rendu de Mozilla, est sorti le 20 mai. Il s’agit d’Instantbird 1.4, messager instantané multiprotocole, basé sur libpurple 2.10.7 et Mozilla 20.0.1 qui contient une mise à jour pour Twitter API version 1.1 (la version 1.0 sera désactivée le 11 juin prochain).

Si vous êtes observateur, vous aurez sans aucun doute remarqué qu’il manque un logiciel basé sur Gecko 21, le moteur d’affichage de Firefox 21 sorti mardi 14 comme nous l’avons vu. En effet, le projet SeaMonkey suit le rythme de développement rapide de Firefox et sort une nouvelle version finale à chaque version majeure du navigateur de Mozilla. Pourtant, SeaMonkey 2.18 n’est toujours pas sorti. Justin Wood (Callek), membre du SeaMonkey Council qui pilote le projet, explique :

Nous avons eu une erreur matérielle dans les systèmes qui nous permettent de générer de manière fiable la version. Sans ces systèmes, tout ce que nous créons serait de qualité/stabilité inconnue. Afin de répondre à nos propres exigences de qualité et de stabilité nous ne publions pas SeaMonkey 2.18.

Bien qu’il y ait une chance que nous pussions récupérer ces systèmes à temps pour réaliser une version intermédiaire (disons quelque chose correspondant à un éventuel Gecko 21.0.1). Nous ne pouvons actuellement ni rien promettre ni la préparer.

Nous travaillons activement sur la réparation du système et de ses données, une fois que ce sera fait, nous irons de l’avant avec une nouvelle version bêta basée sur le train de SeaMonkey 2.19 et nous comptons publier SeaMonkey 2.19 dans les délais pour le 25 juin.

C’est en effet le mardi 25 juin prochain que démarrera le prochain train de sorties avec en vedette Firefox 22.

2 commentaires

  1. AP dit :

    La possibilité de bloquer totalement le Javascript était bienvenue. J’espère que l’option restera accessible quelque part… De même, quand la bande passante est précieuse, pouvoir choisir de ne pas afficher les images est un plus. Bon, au pire ça restera accessible via la configuration « brute » ou des extensions mais c’est dommage de virer des cases à cocher un peu arbitrairement…

    1. Mozinet dit :

      Pour bloquer le JavaScript, tu as la populaire extension NoScript https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/noscript/ . De plus, les options doivent toujours être accessibles via about:config (à vérifier).

      Pour les images, il y a toujours possibilité de les bloquer site par site dans la fenêtre des informations sur la page (volet permissions et médias). L’item de menu contextuel des images permettant de bloquer les images de ce site a été supprimé il y a longtemps.

      Je ne pense pas que ces suppression d’options soient arbitraires. Elles ont été discutées et sont argumentées.

Les commentaires sont fermés.

^